Histoire libre: La Chambre d’Hôtel

From vol #1: TWIST
— Free  iBook copy (Angles) —

La Chambre d’Hôtel  *

traduit par

Jean Michel Houtmann

Click to go to story.

« Jenni Plochka? » La femme, usée, habillée d’un peignoir rose, lu la carte d’identité d’une voix rauque abimée par la fumée et l’alcool. Le néon bleu clignotait «Vacancy»*, derrière la fumée de sa cigarette.

Elle fronça les sourcils et de manière suspecte dit « on en voit pas souvent des BMW par ici!»

«J’ veux juste me r’poser…z’avez une chambre? »

« Oui, mais nous sommes en travaux, réfection d’peinture et d’câblage électrique, la seule chambre libre qui reste est vêtuste et située au fonds du couloir, de l’autre coté.»

Jenni se sentait fatiguée – frustrée, blessée, confuse.

« Pourquoi ai-je si mal? Je ne l’aimais même pas! » pensa-t-elle, en entrant dans la chambre qui sentait le moisi et qui était seulement éclairée d’une ampoule nue qui pendait du plafond.

Elle grimaça à l’odeur. Elle saisit un verre de bar au-dessus du lavabo, murmurant “merde” à plusieurs reprises, sortit une bouteille de Johnny Walker Black, de son « sac à main Prada » rouge et se versa la moitié du verre.

Dans l’angle il y avait une table ronde et une chaise, sur le mur, un miroir.

Jenni se regardait gentiment dans le miroir. Mince et bien foutue.

Elle se sourit, se caressa les cheveux blonds, et mis une main sous un sein, fronçant les sourcils, elle pensa. « J’en ai besoin de plus par ici! ». Et elle descendit le whisky.

“Béh!” Grimaça-elle.  « Faudrait des glaçons »

 

Jenni saisi le sceau a glace et se dirigea vers la réception. Alors qu’elle s’approchait de la porte, le verrou tourna tout seul. Elle tenta de l’ouvrir, mais maintenant le bouton ne tournait pas.

Elle essaya encore de déverrouiller, secoua la porte. Rien. Elle était enfermée. “Oh merde”, se dit-elle a nouveau, « Fuck it »**!

Qui a besoin d’ces putains d’glaçons! »

Elle pris le verre et la bouteille, et pendant un moment, regarda tristement par la fenêtre. Puis, elle soupira et posa son quatrième verre sur la table.

Soudain, elle entendit un gémissement. Pétrifiée, elle se retourna et vit une main qui dépassait de dessous du lit.

L’ampoule soudain grilla. Seul l’éclairage de la rue apparaissait au travers la fenêtre. Frénétique, elle se précipita vers la porte. Le verrou verrouillé par lui-même était toujours bloqué! Jenni s’agitait le dos à la porte.

De dessous du lit, sortit une silhouette sombre, les bras frêles et le ventre gonflé. Se glissa jusqu’à Jenni qui entre temps était tombée au sol, la bouche ouverte, poussant des cris silencieux.

Le fantôme sourit avec des dents longues comme des aiguilles. Il ricanait d’une voix rauque.

«Vous êtes laide et désespéramment malheureuse. Vous serez grasse et frivole, tout le monde vous détestera! »

Jenni gémissait terrorisée.

Le démon sourit méchamment vers le bas. Puis, soudain, il se retourna.

“Oh merde!” Cria-t-il irrité. “Merde! merde! merde!”

La créature se laissa tomber dans le fauteuil. «Je suis tellement pathétique! ». Il jeta un regard vers la table, prit le verre de Jenni et ingurgita le scotch.

Plus du tout intimidée, Jenni l’interpella « Hé, c’est a moi. » Il tendit la bouteille. Jenni pris un autre verre.

«Je suis tellement pathétique!” le démon pleurait.

« Eh bien, vous m’avez terrifié!” dit, Jenni.

« VOUS! Vous êtes encore plus pathétique! Toujours gémissante .

«  Oh moi je suis laide, pas désirée, pauvre de moi, pauvre de moi! »

… « Et MERDE! Votre mère est une mégère narcisse.

« Reprenez vous! Au moins, elle, elle vous aime … à sa manière, de toutes façons. »

« Vous devriez voir les vrais démons! Prenez cette fille, la mexicaine qui lave la vaisselle a votre université. Elle a échappé à de durs gangsters là-bas, mais pas son frère. Vous devriez voir ses démons! Eux ils s’en donnent a cœur joie!

“Et moi, qui est-ce que j’ai? — VOUS! ”

Jenni le regarda, embarrassé.

«Aah, je suis désolée. Je suppose que j‘ai été un peu protégée. »

Il la regarda d’un air désespéré.

«Et moi, je suis tellement pathétique que les autres démons se moquent de moi! »

Jenni fronça les sourcils avec bienveillance et versa deux autres verres de whisky.

 


*     “Vacancy” chambres disponibles

**   “Fuck it” bordel de merde

 



— Foto —

Door in Cluj (Kolosvar), Romania (2007)
Door in Cluj (Kolosvar), Romania (2007)
© 2007 J M Manness



One thought on “Histoire libre: La Chambre d’Hôtel

  1. Pingback: Sample Story Now Available | 50 Cents Flash Fiction

YOUR COMMENTS ARE APPRECIATED!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s